Nouvel échec au pays du piégeage photographique!

Mais on s’approche du but!!!

L’erreur que j’ai faite la nuit dernière, c’est de mal placer la caméra. J’ai trouvé un tunnel de musaraigne et l’angle de la caméra que j’ai choisi ne m’a permis que de photographier les sorties de l’animal. Je n’ai donc que des photos de dos, ou de fesses 😉 Et ce n’est pas ça qu’on veut!

La nuit prochaine, je vais placer la caméra face à ce trou d’où la musaraigne ne semble que sortir. (j’espérais la voir y entrer)

Je vais également augmenter la vitesse d’obturation. La caméra était configurée à 1/200 de seconde la nuit dernière. Mais ces animaux, de par leur taille minuscule, bougent très rapidement. Ils le doivent afin d’éviter de finir dans les serres d’un hibou ou sous les crocs d’une hermine ou d’un renard. Ils restent très peu de temps exposés.

Le fait que j’ai placé la caméra très proche du tunnel (parce qu’on veut bien les voir) m’impose aussi d’augmenter la vitesse. À une distance aussi minime, ça ne pardonne pas. Je vais essayer 1/250s la nuit prochaine, ce qui devrait figer suffisamment l’image.

Bref, le piégeage photo, c’est beaucoup d’essais. Et peu de succès. Mais quand on va réussir notre photo de musaraigne, on va être super content!!

Et quand je les aurai réussies, mes photos, je vous ferai un portrait des musaraignes du Québec. Un groupe d’animaux fascinants!

Laisser un commentaire