La vie quasi microscopique

Aujourd’hui, on saute dans le monde du minuscule.

L’eau du Saint-Laurent, c’est un véritable bouillon de vie. Il y a ces animaux nombreux qu’on aperçoit du premier regard. Et il y a aussi tous ceux qui sont trop petits pour être facilement remarqués. Les gammaridae font partie du second groupe.

Dans le Saint-Laurent, il y en a plusieurs espèces. De la surface. Jusqu’en profondeur.

Les gammares sont des crustacés de l’ordre des amphipodes. Il s’agit d’animaux minuscules. De l’ordre du centimètre ou deux, tout dépendant des espèces. Ce sont des opportunistes. Ils consomment des algues, mais ils sont aussi charognards et prédateurs. Ils s’attaquent à des crustacés encore plus petits qu’eux, ou à de petits vers. Quand la nourriture vient à manquer, ils peuvent devenir cannibales.

Les gammares figurent bien sûr au menu de nombreux animaux. Mais grâce à leur dos incurvé qui peut agir comme un genre de ressort, elles peuvent déguerpir en un instant.

Régulièrement, j’aperçois une espèce qui s’installe sur d’autres animaux. Souvent est visé le concombre de mer (les gammares sur les photos se trouvent sur la peau d’un concombre de mer). Ce dernier choisit les meilleurs emplacements pour se nourrir, alors les gammares en profitent aussi.

De quelle espèce de gammaridé il s’agit précisément? Bonne question à laquelle j’aimerais bien répondre…

Laisser un commentaire