Dans le cadre de la COP26 qui se tient en Écosse, plusieurs espéraient mettre un terme à l’énergie produite par la combustion du charbon. Une pratique qui émet d’énormes quantités de gaz à effet de serre.

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, était à ce titre très fier d’annoncer qu’une entente réunissant 77 pays signataires contre le charbon avait été obtenue jeudi dernier. Plusieurs ont jugé trop vite que c’était peut-être enfin là la mise au rancart d’une méthode pour produire de l’énergie qui a contribué formidablement aux bouleversements climatiques tels que nous les connaissons aujourd’hui.

Pourquoi je dis de ne pas sauter trop vite à de telles conclusions? Tout simplement parce que les pays qui ont le plus recours au charbon pour produire de l’énergie ne l’ont pas signée. Je parle de la Chine, des États-Unis et de l’Inde.

La Chine a même annoncé dernièrement qu’elle financerait le développement de l’énergie au charbon sur son territoire dans les prochaines années, mais du même souffle, elle s’est dite décidée à ne plus financer la construction de nouvelles centrales au charbon ailleurs dans le monde…

Laisser un commentaire