J’ai réussi la photo d’un animal nocturne

Plus je pratique le piégeage photographique, et plus j’aime ça. Ça permet de réaliser des photos différentes de ce que l’on fait habituellement. Et surtout, ça permet d’observer les animaux nocturnes.

La nuit, c’est une tout autre faune qui anime nos forêts québécoises. Les oiseaux diurnes laissent la place aux chouettes et autres hiboux et les écureuils roux sont remplacés par leurs cousins nocturnes : les polatouches.

Au Québec, nous avons deux espèces de polatouche. Le grand et le petit. On croise surtout le petit polatouche au sud du Québec, alors que le grand polatouche se retrouve sur l’essentiel du territoire québécois, hormis le grand nord.

C’est un animal qui se nourrit surtout de graines et de champignons. Il peut planer sur des distances de 50 mètres, d’où son nom familier : écureuil volant.

Le grand polatouche est très difficile à photographier du fait qu’il s’anime presque exclusivement de nuit. J’ai réussi, une fois, à en photographier un en me promenant la nuit, dans la forêt, lampe et caméra en main.

Grand polatouche

Mais c’est essentiellement au piège photographique que je parviens à réaliser des images de cette espèce.

Hier, vers minuit, l’un d’entre eux est venu visiter mon piège. J’aime bien l’image ainsi obtenue qui le replace dans son environnement immédiat.

Pour ce faire, j’ai utilisé le détecteur de mouvement Scout de la compagnie Cognisys. La photo fut prise par une Sony A7Sii sur laquelle était monté l’objectif Tamron 24mm. Ajustements de la caméra: ISO 125 F4.0 1/125s

Et on remet ça cette nuit!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :