Des produits dérivés pour financer les sorties sur le terrain

On le sait, la photo animalière, ça coûte très cher.

Le photographe doit passer beaucoup de temps sur le terrain à chercher les sujets photographiques qui seront à même d’émerveiller les gens. Mais aller sur le terrain, ça coûte beaucoup de sous. Entretenir le matériel aussi.

Dans un petit marché comme le Québec, le photographe animalier doit faire preuve de beaucoup d’imagination s’il espère joindre les deux bouts.

C’est pourquoi la plupart vendent des produits dérivés.

Cette année, j’ai encore mis en vente deux modèles de calendriers. L’un contenant des photos que j’ai prises dans le Saint-Laurent. Et l’autre affichant des photos que je prends à l’année longue dans la nature québécoise.

Mais cette année, j’ai une nouveauté à offrir. La photo de la baleine à bosse que j’ai réalisée cet été dans les eaux de l’estuaire du Saint-Laurent.

Une photo que j’ai attendue près de 15 ans. Une photo qui m’aura demandé près de 1500 plongées dans le Saint-Laurent.

J’ai fait imprimer 100 photos de ce rorqual à bosse. Les photos sont signées et numérotées. Je les vends seulement 30$

L’argent amassé lors de la vente de ces produits dérivés me permet de financer mes sorties photographiques et de récolter les images que je partage avec vous sur les réseaux sociaux. Chaque achat que vous faites sur ma boutique me permet de poursuivre ma mission. Je vous en remercie très chaleureusement.

(Notez bien qu’on peut acheter tous mes produits même si on ne vit pas au Québec)

Pour acheter mes produits dérivés, cliquez ici.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :