Le buccin commun (buccinum undatum) est le plus gros escargot marin que l’on rencontre lors de nos explorations de l’estuaire du Saint-Laurent marin. Il peut mesurer jusqu’à 15 centimètres de longueur.

Cet escargot est un prédateur des mollusques. Afin de les consommer, il se sert de son pied blanc tacheté de noir. Il enserre fermement le coquillage bivalve et le force à s’ouvrir. Il insère ensuite son proboscis (genre de trompe) à l’intérieur pour mieux digérer sa proie.

Mais le prédateur se retrouve bien sûr, un jour ou l’autre, à jouer le rôle de proie à son tour. C’est toujours comme ça que ça se passe. L’étoile de mer vise particulièrement les buccins. Quand l’escargot sent la présence de l’étoile, il se tortille de toutes ses énergies afin de se déprendre de son emprise et de s’éloigner le plus rapidement possible.

Contrairement à bien d’autres espèces d’escargots qui sont hermaphrodites, les sexes sont bien séparés chez le buccin. Le mâle possède un pénis. Et la fécondation est interne. La femelle est sexuellement mature vers 5 ans. En période d’accouplement, il n’est pas rare d’observer des amas de plusieurs individus qui s’évertuent de donner un avenir à leur espèce.

La femelle pond quelques semaines plus tard une centaine de capsules qui contiennent des milliers d’oeufs. Les plus faibles et les morts-nés servent de nourriture aux autres. Au bout du processus qui peut durer de 5 à 8 mois, une dizaines de juvéniles seulement pourront prendre d’assaut les récifs du Saint-Laurent.

Bien évidemment, ces concentrations de capsules attirent les prédateurs. Les oursins s’en nourrissent volontiers.

Lorsque le buccin meurt, sa coquille est souvent récupérée par les bernard-l’ermite qui l’utilisent comme abris.

Laisser un commentaire