Les araignées de mon jardin

La plus grosse araignée de la planète!

Les araignées demeurent des sujets photo figurant parmi mes préférés. Leur bouille inspirant la peur à certains demeure spectaculaire vue à travers le prisme de mes objectifs.

Au Québec, la plupart de nos espèces sont minuscules. La plus grosse de nos araignées demeure la dolomedes pêcheuse, une araignée qui peut manger de tout petits poissons.

Mais notre dolomedes ne fait pas le poids face à l’araignée goliath.

Il s’agit de la plus grosse araignée de la planète. On la retrouve en Amazonie. Elle fait la taille d’une assiette! Et mange rongeurs, reptiles et oiseaux!

Une occasion à ne pas manquer…

Dimanche matin. Il neige. On se repose à la maison avec fiston en écoutant une série pour enfants impliquant des loups-garous.

Tout à coup, quelque chose bouge à la périphérie de mon champ de vision…C’est une araignée qui se place à l’affût dans l’orchidée qui se trouve dans le salon. Je ne fais ni une ni deux et j’abandonne la série pour ma caméra.

Une araignée docile qui permet de se refaire la main en macro en prévision du printemps qui arrivera bien un jour, on peut pas manquer l’occasion! Surtout qu’une occasion comme celle-là permet de tester quelques trucs en super macro.

La super macro avec les araignées, c’est toujours difficile. Avec 8 yeux, et une profondeur de champ de l’ordre du demi-millimètre, c’est compliqué sans bon sang de mettre le focus sur les bons yeux. Surtout à main levée comme je l’ai fait ce matin. En fait, dans un monde idéal, il faudrait travailler avec un rail macro et du stacking. Le stacking, c’est une technique qui consiste à prendre plusieurs photos en macro (en déplaçant un peu la zone de focus à chaque fois), ou en super macro, et de les empiler ensuite sur photoshop. Ça donne ainsi une zone de focus beaucoup plus intéressante.