Le peuple anishnabe se porte à la défense de l’orignal

Les Anishnabeg se mobilisent en faveur d’une meilleure protection des populations d’orignaux qui sont en grand déclin sur leur territoire, principalement à cause de la chasse sportive.

En 2021, ce peuple a mis sur pied le Anishnabe Moose Committee (AMC) afin de faire la lumière sur cette situation et pour découvrir des pistes de solution en mesure de renverser la lourde tendance qui est observée depuis trop longtemps.

Les orignaux sont menacés par une mauvaise gestion de la chasse sportive et ils sont chassés de façon excessive par les chasseurs sportifs dans La Vérendrye et dans les régions environnantes sur le territoire des Anishnabeg.

Rapport préliminaire des études anishnabe sur l’orignal 2022

Parmi les menaces qui pèsent sur l’orignal, on retrouve donc la chasse. Mais cette espèce souffre également des coups portés par l’industrie forestière aux écosystèmes qu’elle fréquente. Les changements climatiques ne favorisent pas non plus les orignaux. Ni la tique d’hiver qui décime ses populations.

La chasse sévèrement critiquée

En ce qui a trait à la chasse sportive, le rapport des Anishnabeg est cinglant.

On dénonce le nombre trop important de chasseurs sportifs. On critique des règlements de chasse inappropriés qui permettent l’abattage déséquilibré des femelles, des mâles et des faons. On déplore le gaspillage et le braconnage. Pour finalement dénoncer les avantages technologiques injustes par rapport à l’orignal.

Il est vrai que l’appâtage et les caméras de surveillance rendent la partie bien trop facile pour les chasseurs et qu’il est temps que cela change.

Les Anishnabeg reprochent également aux autorités de ne rien faire quand ils dénoncent les comportements illégaux des chasseurs.

Les gardes-chasse et autres forces de l’ordre ne réagissent pas aux signalements des Anishnabeg, qui restent souvent sans réponse.

Rapport préliminaire des études anishnabe sur l’orignal 2022

Les Anishnabeg souhaitent faire partie d’un comité de gestion de l’orignal dans la réserve faunique La Vérendrye. Ils exigent aussi que le moratoire sur la chasse à l’orignal soit maintenu dans la région, et que toute exploitation forestière soit interdite dans les limites du parc.

Pour lire le rapport complet : Rapport 2022

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :